Congo Brazzaville : l’arrivée des cimenteries.

Depuis le mois de novembre 2013, la cimenterie du groupe chinois Forspak International tourne à plein régime. Dotée d’une capacité de production de 280 000 tonnes par an. Forspak envisage déjà de porter sa capacité à 300 000 t/an, puis à 500 000 t/an. Ce qui ne répondra pas au besoin du pays en ciment, estimés actuellement à 2 millions de tonnes par an. Le pays ne disposait que d’une seule unité de production jusqu’à présent, celle de la Société nouvelle des ciments du Congo (SONOCC), située à Loutété. À peine installé, le groupe Forspak va se trouver confronté à une rude concurrence.

En mai, la société marocaine Ciments de l’Afrique (Cimaf), a lancé la construction d’une usine à Hinda, dans le Kouilou. La cimenterie entrera en production en août 2015, avec une capacité initiale de 500 000 t/an – destinée au marché local à 90 %. Un potentiel que Cimaf espère porter à 1 million de tonnes en 2016. À Mindouli, dans le Pool, Diamond Cement Congo construit une usine. La production devrait commencer au cours du deuxième trimestre 2015, avec une capacité de 600 000 t/an, extensible à terme à 1 million de tonnes. Dès 2016, ces cimenteries devraient porter la production annuelle du Congo à plus de 2,25 millions de tonnes par an, et combler ses besoins. L’État espère même que le pays exportera. Sa production de ciment pourrait en effet dépasser 3,75 millions de tonnes par an si le projet du nigérian Dangote Cement se concrétise.

 

source: www.jeuneafrique.com