CEMAC: Ce qu’il faut savoir sur le transport

L’organisation du transport routier dans la zone CEMAC est entièrement libéralisée. Les marchés du secteur sont ouverts et très concurrentiels dominés, en majorité, par des artisans – transporteurs qui ne possède qu’un nombre restreint de véhicules chacun. Pour défendre leurs intérêts et protéger leurs professions, les transporteurs sont regroupés au sein d’union ou syndicats nationaux.

Dans les pays de la CEMAC, l’industrie du transport routier connaît des problèmes liés à :

  • la vétusté du parc et son inadaptation pour le transport inter-états ;
  •  aux faibles marges bénéficiaires du fait du manque de la professionnalisation et des multiples coûts invisibles qui grèvent le coût du transport. 

Par ailleurs, dans le cadre du Programme Régional des Réformes (PRR), les Chefs d’Etat ont adopté en 1991 un régime de transport inter-Etats des pays d’Afrique Centrale (TIPAC) en vue de faciliter les échanges de marchandises par voie de surface entre les Etats membres de l’UDEAC à travers une simplification des formalités douanières et une amélioration de la qualité du transport. Celui-ci est fondée essentiellement sur les principes suivants :

  • l’utilisation d’un carnet de transit comportant les déclarations (feuillets),
  • l’utilisation d’une caution régionale,
  • l’agrément des véhicules au transport international,
  • la facilitation du transport en transit au bénéfice de tous les Etats de la région par la simplification de la documentation,
  • l’abaissement du coût des cautions,
  • l’accélération des opérations,
  • l’allègement des contrôles aux postes frontières et plus encore en cours de route,
  • le renforcement de la sécurité douanière et
  • l’amélioration des conditions de base relatives au transit aux points de passage et aux bureaux d’arrivée.

Ce système n’a jamais été mis en application. En revanche, le Cameroun, la RCA et le Tchad ont, par le biais des conventions bilatérales en matière de transport des marchandises, mis sur pied un système de transit opérationnel destiné à fluidifier les échanges sur le corridor Douala-N’Djamena/Bangui.

Source: http://www.cemac.int/