Afrique: Transport ferroviaire peu développé

Le transport ferroviaire en Afrique est relativement peu développé avec une longueur de lignes en exploitation d’environ 70 000 km, soit 7 % du total mondial alors que le continent représente environ 14 % de la population mondiale et 22 % de la superficie. Son réseau ferroviaire, souvent à voie unique, construit à des écartements différents, est en outre très peu interconnecté, consistant souvent en lignes isolées en impasse, à l’exception de l’Afrique australe qui représente à elle seule 36 % des lignes exploitées, et de l’Afrique du Nord, relativement bien équipée.

L’un des premiers projets du transport ferroviaire africain remonte à 1833, lorsque le dirigeant égyptien Mohammed Ali Pacha fait étudier une ligne du Caire à Suez. Le projet ne pourra pas être financé. Il faut attendre 1851 pour qu’un nouveau dirigeant, Abbas Pacha, signe un contrat avec Robert Stephenson pour la construction d’un chemin de fer à l’écartement standard. La première section, d’Alexandrie à Kafr el Zaiyat, est inaugurée en 1854, et complétée jusqu’au Caire en 1856. L’Egyptian State Railway (ESR) est ainsi la plus ancienne compagnie africaine.

C’est aussi au début des années 1860 que le rail fait son apparition en Afrique australe. Une première ligne longue de trois kilomètres est inaugurée au Natal, entre Durban et Point, en juin 1860. Elle est prolongée jusqu’à Umgeni en 1867. C’est également en 1860 que la Cape Town Railway and Dock company ouvre sa ligne Le Cap-Wellington (96 km) ainsi qu’un embranchement de 10 km entre Cape Town et Wynberg.

Le 1er janvier 1873, le gouvernement du Cap prend la direction du CTR&D co, ce qui doit en théorie permettre le financement des prolongements. Afin de limiter les coûts, on s’oriente vers le choix d’un écartement plus étroit. En 1869, la Cape Copper company avait ouvert une ligne à l’écartement de 760 mm entre Okiep (en) et Port Nolloth (en) (Afrique du Sud). Cet écartement semble trop faible aux ingénieurs du Cap, qui optent pour un compromis en choisissant un intermédiaire entre la voie standard de 1435 mm et la voie étroite de 760 mm. C’est ainsi que l’écartement de 1067 mm, également connu comme « voie métrique anglaise » ou « écartement du Cap » est retenu vers 1874. Il va rapidement devenir l’écartement standard dans une grande partie de l’Afrique.

source: http://fr.wikipedia.org