Aéroport international de Dakar le Group saoudien refuse d’achever l’ouvrage

Aéroport international de Dakar les travaux sont exécutés à 85 %

L’Aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) de Diass (au sud-est de Dakar) n’est toujours pas opérationnel. Les mésententes entre l’entreprise saoudienne Saudi BinLadin, et l’État Sénégalais persistent, prolongeant les délais de livraison. Prévue pour 2012, l’inauguration a été renvoyée en fin d’année 2016. Alors que les travaux sont exécutés à 85 % d’après Abdoulaye Mbodj directeur général de l’AIBD, l’entreprise saoudienne Saudi BinLadin Group refuse d’achever l’ouvrage, sollicitant un nouveau délai et un supplément financier. Après avoir signé quatre avenants au contrat initial, les autorités sénégalaises refusent pour le moment de s’engager sur un cinquième.

L’atmosphère est tendue à cause du retard accusé par le constructeur, mais surtout à cause de la facture qui augmente sans arrêt. Le premier avenant, signé sous le régime du président Abdoulaye Wade, auteur du projet, s’élevait à 2 milliards de F CFA (3 millions d’euros), le second à près de 40 milliards et le troisième à 27 milliards. En 2013, le quatrième avenant de 50 milliards avait fait l’objet d’une longue négociation entre les deux parties. Le groupe saoudien évoque plusieurs changements apportés au projet initial, ainsi que des obstacles liées à l’état du terrain, un sol latéritique rendant la construction pénible et donc coûteuse.

Le groupe Saudi BinLadin demande 63 milliards de F CFA et fixe le délai de livraison de l’aéroport pour décembre 2016. Estimé initialement à 229 milliards de F CFA, le montant de la construction va au-delà de 400 milliards aujourd’hui, selon Abdoulaye Mbodj. Mais Dakar se veut rassurant concernant la capacité de l’État à achever le chantier. Le financement aurait en effet été sécurisé grâce à la mise en place d’une redevance sur le développement des infrastructures aéroportuaires (RDIA).

source: http://www.jeuneafrique.com